Sécurité et sauvegarde informatique


Station PC, sous Windows. J. Dassié


Le disque dur d'un ordinateur, c'est la mémoire de notre apprentissage, de notre progression, de tous nos efforts, de nos travaux et de nos productions : textes, chiffres, plans, sons, images, donc de fichiers en tous genres. Et c'est un effet cumulatif : lors de l'arrivée d'un nouvel ordinateur, notre premier soin consistant à transférer nos précieuses archives.

Qu'un "Enter" malencontreux, un virus, la panne brutale d'un disque dur, la foudre ou que quelques programmes exotiques mal bâtis puisse faire disparaître tout cela, c'est dramatique !
Cela équivaut à des mois, voire des années d'efforts perdus, donc à une catastrophe morale très sévère. Certains principes de base peuvent nous protéger et pérenniser ainsi le lourd investissement en temps que nous avons consacré à cette activité.

A nous de prévoir la sécurisation de ce patrimoine particulier. Différentes méthodes et moyens existent et seront choisis en fonction de la gravité de l'incident ou de l'accident informatique. Les méthodes les plus courantes sont les suivantes :

Quelques principes directeurs :
Un ordinateur comporte au moins un disque dur principal, supportant le système d'exploitation et assurant un démarrage correct. Il est généralement divisé en différentes partitions : la partition de démarrage, souvent C:  pouvant ne comporter que le système d'exploitation, une seconde, D: consacrée aux programmes des différentes applications installées et enfin une ou deux autres accueillant les fichiers produits par les différents programmes. Les amateurs d'images, de diaporamas, de films et de vidéos réserveront une partition spéciale, plus grande,  aux fichiers graphiques gourmands d'espace.
NOTA IMPORTANT
Pour une fiabilité parfaite des images de partitions ou des clones : effectuer toujours avant,  une commande :

"CHKDSK C: /F",

afin de corriger toutes les petites anomalies de relations et d'adressage, toujours possibles après un certain temps d'utilisation et l'installation de nouveaux programmes.

Sauvegarde de la base de registres : les points de restauration :

Pour les petits incidents courants, Windows permet de créer des points de restauration automatiques et journaliers, qui suffisent à résoudre bien des anomalies de fonctionnement. Par exemple, lors d'un démarrage, nos icones si amoureusement positionnées sur le bureau se révèlent être en grand état de désordre… Ce sera du domaine des points de restauration ou de petits logiciels spécialisés qui règleront cela d'un clic ! On peut utiliser également l'excellent programme "ERUNT", qui permettra de lancer la retauration même de l'extérieur. Mais c'est parfois plus grave et ces moyens simples ne suffisent plus...

Sauvegarde de répertoires et de fichiers

Des fichiers particulièrement importants peuvent être spécifiquement sauvegardés par copie sur une autre partition, voire sur un autre disque dur ou même gravés sur un DVD-ROM. Ils pourraient même être actualisés automatiquement (Syncback). Mais c'est une méthode par trop sélective, longue et il est plus simple de sauvegarder directement la partition qui les contient.

Sauvegarde par image d'une partition

Il est remarquable de constater que, neuf fois sur dix (ou plus), c'est la partition de démarrage (dite de « boot »), généralement C:\ qui nous cause des soucis... Comme c'est elle qui supporte le système de démarrage et de gestion de l'ordinateur, la moindre anicroche s'y répercute et c'est l'écran bleu (parfois tout noir...) du blocage. L'ordinateur s'est transformé en un tas de ferraille totalement insensible à nos objurgations !

Les programmes de sauvegarde commerciaux, du genre Paragon Drive Backup ou Acronis True Image permettent justement la création de ces images de partition. Ils sont généralement beaucoup plus rapides que ceux incorporés à Windows et permettent de créer très facilement (d'un clic !) un CD ou une clé USB bootables (totalement indépendant du disque dur et de Windows), donc toujours fonctionnel dans la majorité des cas, même si l'ordinateur refuse de booter.

Une bonne précaution consiste à TOUJOURS lancer la commande CHKDSK C: /F, avant de sauvegarder ou cloner quoi que ce soit (C: ou autre lettre de partition, selon cas). Le CD créé lance le programme sans utiliser le système  interne d'exploitation et permet une restauration des images de sauvegardes précédemment créées, immédiate, rapide et sûre.
Et si la seule insertion d'un CD de sauvegarde suffit à redonner vie à notre machine, quelle simplicité et quelle satisfaction !   La restauration d'image a sauvé bien des situations gravissimes. Il est recommandé de sauvegarder les images des partitions sur un autre disque dur… Un second disque peut d'ailleurs être externe et amovible, sur un port USB. Ce sera généralement le cas pour les ordinateurs portables.

Sauvegarde par clonage

Une précaution élémentaire de sécurité consistera à avoir un second disque dur identique au premier, dont il sera le clone absolu. En cas d'incident très grave sur le premier, il suffira de modifier l'ordre de boot dans le BIOS et tout refonctionnera immédiatement. La création d'un clone est extrêmement facile avec un programme de sauvegarde du genre « Acronis True Image Home ». Ce clone sera actualisé automatiquement, tous les jours, à l'aide de SYNCBACKPRO. Il peut être interne ou externe (USB). C'est une opération très sûre, qui s'effectue en tache de fond, et l'on ne s'en rendra absolument pas compte.

Actualisation journalière

L'actualisation régulière des fichiers que nous produisons, les .doc, les .xls, les .cdr, la messagerie, les fichiers graphiques, les videos etc devra s'effectuer par copie journalière automatique et incrémentale dans les répertoires correspondants du ou des clones. Un programme spécialisé dans la synchronisation des répertoires assurera sans problème la programmation journalière et la réalisation de cette copie pour chaque fichier modifié.

Si on a besoin d'utiliser le clone (principal en panne : on peut recloner sur le principal et tout retrouver à jour, ou, au pire, comme la veille !

Un exemple de ce type de programmes est " SyncBack", officiel et gratuit, que l'on peut trouver là :  


http://www.clubic.com/telecharger-fiche11843-syncback-gratuit.html


Connaissance des moyens de sauvegarde  


Avoir des programmes de sauvegarde très fiables, actualisés, bien documentés et dont on saura parfaitement se servir. Ce n'est pas au moment de la panique totale qu'il faudra les découvrir ! Ceci est également valable pour la création des CD bootables ainsi que pour les manipulations du BIOS. Il faudra absolument faire des répétitions périodiques des procédures de sauvegarde afin de pouvoir les appliquer sans hésitation le moment venu.
  
Restauration d'une image de la partition principale.


 En résumé, les points de restauration seront réservés aux petits incidents.
A l'étape plus sérieuse, des programmes qui se bloquent ou ne fonctionnent plus, la restauration d'image résoudra souvent les problèmes. Et dans les cas graves (l'ordinateur ne veut plus démarrer), l'activation d'un clone comme 1er disque de boot, via le BIOS,  constituera souvent la solution radicale la plus rapide !
Il ne restera plus qu'a cloner le nouveau disque principal fonctionnel, sur celui en panne  pour le régénérer, sauf très rares cas de panne matérielle : électronique défectueuse ou moteur bloqué.


NOTA TECHNIQUE  Conséquences d'une restauration de partition qui échouerait.

Il faut savoir et se souvenir en permanence que les lettres sont attribuées aux différentes partitions par les systèmes d'exploitation, selon des lois internes très précises. Ces attributions sont automatiquement révisées à chaque modification de partition. La restauration d'une image de sauvegarde commençant par l'effacement de la partition à remplacer. En cas d'échec toujours possible en informatique, au redémarrage , le système s'en aperçoit et RÉAFFECTE les lettres de partition en fonction de la nouvelle donne qu'on lui propose. On se retrouve avec un aspect normal des partitions C:, D: etc. Mais du fait qu'une partition a disparu, toutes les autres ont été décalées, si bien que la C:\ actuelle n'est autre que l'ancienne D:\ ! Et si vous vous obstinez à recommencer la restauration de C: en C:\, vous allez détruire à votre insu l'ancienne partition D... ce qui n'est pas le but recherché !

Solution de ce problème : Dans ce cas concret, il faut restaurer l'images de C: dans la zone libre apparue, et non pas dans la partition C:, qui reprendra automatiquement son nom originel de D:\ après le succès de l'opération.

Importance du label


Le seul élément d'identification parfaitement stable d'un disque dur et de ses partitions sont les labels. On l'aura imposé à chaque partition, dans chaque disque dur de l'ordinateur. Il sera prudent d'utiliser pour le label un codage numérique a 3 chiffres, suivi d'un court texte mémotechnique, le tout ne dépassant pas 11 caractères (FAT ) ou 32 (NTFS). Ce code pourrait être à 3 chiffres, du genre :  
1 er     chiffre = Rang de l'ordinateur (si on en a plusieurs, autrement 1)
2 ème chiffre = Rang du disque dur dans l'ordinateur
3 ème chiffre = Rang de la partition dans le disque.  
Label « 324-PHOTOS » se lit : Ordinateur N° 3, disque dur N° 2, partition n° 4, Fichiers graphiques.


 Attention cependant, après un clonage, les partitions du disque cible auront les mêmes labels que celles du disque source. Si vous souhaitez conserver la connaissance précise de vos disques et de l'identité de leurs partitions, rectifiez les labels aussitôt après le clonage. Cela s'effectue avec DISKMGMT-Propriétés sans la moindre difficulté. Il sera prudent, quand tout sera en ordre, de faire et d'imprimer une copie d'écran. On s'y retrouve bien mieux. Rassurez-vous : une erreur de label n'a aucune incidence sur le fonctionnement.
NOTA Le clonage est une possibilité offerte en particulier par Acronis True Image Home. Il permet de faire une copie intégrale et bootable du disque principal. C'est un excellent programme, très fiable et intuitif pour l'utilisateur débutant. Son coût reste extrêmement modéré.

http://www.acronis.fr/homecomputing/products/trueimage/   


En résumé : 
    Pour l'amateur d'informatique peu familier de la technique, voici un résumé simple.    
Avoir au moins 2, sinon 3 disques durs internes, les 2 autres étant clones du principal.

On peut égalemnt cloner sur des disques durs amovibles USB.  Le clone sera créé par un logiciel spécialisé : Acronis ou Paragon, permettant de créer automatiquement un CD-ROM, une clé ou une carte de boot. Ces CD-ROM, clé USB (même une carte mémoire SD convient et peut booter) effectueront clonages, créations et restaurations d'images, même si le HD principal ne boote plus.  Le clone sera actualisé journellement (ou plus), automatiquement, par un logiciel du genre Syncback permettant la programmation des actualisations incrémentales, automatiques, s'effectuant en tache de fond, donc totalement transparentes et invisibles pour l'utilisateur.
Dernière remarque : Les forums sont pleins de messages angoissés de personnes ayant scrupuleusement créé UNE SEULE SAUVEGARDE.. et le jour de la grosse carafe, CETTE sauvegarde, justement, refuse tout services... D'ou ma suggestion d'avoir plusieurs clones de son principal.

Rappel de précautions indispensables

Après un clonage, se souvenir des points suivants :

1° Il faut reconstituer aussitôt les labels originaux du disque recevant le clone, car il a hérité de ceux du disque source.

2° On est souvent tenté de passer un disque dur d'un ordinateur vers un second ordinateur, identique, afin de retrouver son environnement familier sans installation lourde.
     Attention : ceci entraînera souvent une demande de réactivation de la part des programmes Windows et Office, généralement acceptée, si elle est peu fréquente.



Maximiser ses chances en faisant PLUSIEURS SAUVEGARDES !

 

 

 


RETOUR MENU