les "Histoires de Jacques" (17)

VOL SPÉCIAL "TIGER" EN RÉGION PARISIENNE

Jacques DASSIÉ

 

En 1970, la Thomson-CSF, division Radars de Surface, à laquelle j'appartenais, était en train de négocier un très important contrat de radar (le "Tiger"), de surveillance à très basse altitude,  avec l'Australie. Mais le Client, avant de finaliser ce contrat, souhaitait voir une démonstration effective de l'efficacité de ce matériel, par des vols d'essais en milieu fortement urbanisé, perturbé par des lignes de transport d'énergie électrique à très hautes tension (très grands pylônes métalliques). Mon Directeur m'ayant chargé de l'organisation de ces essais (j'étais son seul ingénieur-pilote…), j'ai rédigé un cahier des charges à l'intention de diverses Sociétés de travail aérien, pour un appel d'offres.

Je prévoyais plusieurs tours d'un triangle : Aéroport militaire de Villacoublay-Centre Thomson-CSF de Bagneux- Aéroport international d'Orly, au départ de l'aérodrome de Toussus-le-Noble, effectué à différentes altitudes comprises entre 100 et 300 mètres sol. Toutes les Sociétés consultées se sont récusées en raison des difficultés administratives de ce projet. Devant l'embarras provoqué par ces réponses et l'impossibilité de faire cet essai d'un intérêt commercial évident, après avoir bien étudié la législation sur ce sujet, j'ai décidé de me lancer dans cette aventure… J'ai donc établi une proposition de plans de vols, abondamment illustrée de croquis explicatifs, et j'ai pris mon bâton de pèlerin pour contacter les responsables des différentes administrations.

Centre d'essais en vol de VILLACOUBLAY

Reçu par le Colonel Directeur du CEV et par son officier des Opérations spéciales, ces personnes se sont montrées extrêmement compréhensives, m'imposant seulement quelques restrictions : obtenir l'accord préalable de la 2ème Région Aérienne ainsi que celle de l'Aéroport de Paris-Orly.

2ème Région Aérienne

Reçu par un Colonel, adjoint au Général commandant la 2ème RA.
Accord conditionnel : sous réserve d'accord du CEV de Villacoublay…

Aéroport de Paris-Orly

Reçu par le Directeur des Opérations Spéciales de l'aéroport, nous sommes entre personnes se comprenant parfaitement et qui souhaitent trouver une solution à un problème nouveau.

Décisions :

-        ORLY observe que je ne suis pas pilote professionnel. J'en ai le niveau, passé au Centre National de Formation Aéronautique de Challes-les-Eaux, en 1965. Mais ce n'est pas mon métier.

-       Cet exercice inédit sera cependant exécuté avec un ordre de mission précis et même aux commandes, je serais dans l'exercice de mes fonctions à la Thomson-CSF. De plus, mes carnets de vol (rallyes dans toute l'Europe et partie de l'Afrique) les rassurent. Et les assurances professionnelles de la Thomson ont donné leur accord ! 

-        Utilisation d'un avion bimoteur (question de sécurité). Pas de problème.

  - Moyen radio indépendant, branché sur une fréquence spéciale, avec, à Orly, un contrôleur spécial affecté à cette mission. Pas de problème.

  - Sur demande du contrôleur, possibilités de faire une attente en virage serré,  verticale de la tour de contrôle (attente de la dispersion de la  turbulence
    de sillage des gros porteurs au décollage). Pas de problème.

  - Obtenir l'accord préalable du C.E.V. de Villacoublay !

Aïe, là, ils se mordent la queue et aucune administration ne veut prendre la décision la première ! Il me fallait dénouer ce cercle vicieux pour débloquer la situation !

Alors j'ai triché un peu : j'ai téléphoné au Directeur du CEV de Villacoublay en lui disant que je venais d'avoir l'accord de la 2ème RA et que le vol spécial était fixé au… Bien entendu, dès réception, je lui ferais parvenir une copie du document… J'ai aussitôt obtenu son accord que j'ai immédiatement répercuté vers les autres intéressés ! Restait à trouver un avion et à lui adjoindre un second moyen de communication (VHF) pour contacter Orly sur ma fréquence spéciale. C'était vraiment sans difficultés. ! J'avais loué un Piper Aztec  PA23-250, à Toussus-le-Noble, mon terrain coutumier.Et, lors d'un vol d'essai local, j'avais bien le trafic normal aviation dans l'oreille gauche et Orly vol spécial 914A, dans la droite

 Réalisation du vol de démonstration

 Ce fut vraiment la chose la plus facile à réaliser !



Aérodrome de TOUSSUS-le-NOBLE (78)

Décollage de Toussus et contact avec Orly : c'est bon et mon contrôleur particulier me répond instantanément. Contact avec Villacoublay : pas de problème, ils maintiennent leur terrain dégagé, le temps de mon essai… Ça c'était assez exceptionnel ! Vifs remerciements au CEV de Villa !
Contact avec une VHF mobile, dans le radar, à Bagneux. Ils m'ont acquis depuis le décollage et me suivent parfaitement, malgré de fortes perturbations dues aux innombrables échos fixes du coin…. J'arrive en vue du Centre Thomson-CSF de Bagneux et je m'aperçois qu'il y a du monde sur les toits… Le bouche-à-oreille a drôlement dû fonctionner…

Cap sur Orly. Le contrôleur spécial est toujours là et me donne feu vert pour une verticale. A un moment donné il me demande de faire deux 360° verticale tour : ce qui me permet d'admirer Orly comme peu ont pu le faire. Je remets le cap sur Villacoublay.


Aéroport militaire de VILLACOUBLAY (78)

Les seules réelles difficultés venaient de la météo, assez limite comme souvent en région parisienne et la visibilité n'était pas du tout favorable. Heureusement que j'étais seul dans mon triangle !  Il est certain que je n'ai pas pu respecter les minimas de hauteur demandés ! Mais il y a une certaine hypocrisie de l'Administration à me demander d'assurer la sécurité en cas de panne, alors que ce triangle se déroule entièrement en zone fortement urbanisée !
A la hauteur minimale du circuit, 100 mètres/sol, il y avait beaucoup de pylônes qui me semblaient assez proches… Mais c'était l'un des buts de l'opération !


L'aéroport international d'ORLY (94)

Au bout d'à peu près une heure de cet exercice triangulaire, le radar m'informe que c'est fini pour lui et que je peux rentrer. Un dernier coup de radio pour annoncer un "Vol 914 Alpha, terminé. Au-revoir messieurs, et merci" de politesse, aux différents intervenants et je rentre à Toussus.
Le contrôleur de la tour ( nous nous connaissions bien) n'en revenait pas : "Toi, t'est gonflé" me gratifie-t-il en tamponnant mon carnet de vol.
Passage chez France-Aéro-Services afin de régler les dernières formalités et rentrer le taxi au hangard.

 Conclusion

La Commission Australienne  était absolument enchantée ! Le radar ne m'a jamais perdu, même dans d'aussi exceptionnelles et difficiles conditions. Thomson-CSF était heureuse et fière de cette démonstration. Très important marché signé peu après.

 L'ensemble des participants était satisfait et pour moi, pilote privé, ce fut une très belle aventure dont je garde un merveilleux souvenir.


Le Centre Thomson-CSF de BAGNEUX (92)

"Un ordre de mission très inhabituel..."

Retour menu